Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lost in love, sombre fiction...

Il est là ce mal invisible, ce mal des sensibles, accompagné de la "garce solitude" comme le chante Barbara.

Il prend racine, il nous calcine. Encore plus farouche, il nous touche et le cœur en est la victime. On y croit, on n'y croit plus, on espère, on ne sait plus. On falsifie sa vérité pour ne vivre qu'une unique pensée. Voilà on doute. Puis vient la colère cette triste conseillère.
Cette souffrance n'est-elle pas qu'une blessure de mensonges, une errance qui nous ronge. Tourment d'une odieuse manipulation, amant d'une vicieuse machination. Alors on se ment encore. On ne peut s'avouer que l'on a été trompé, que l'on s'est trompé. L'histoire ne peut-être tronquée. Désormais on prie que le temps apporte un consensus.
Mais ce vitrail des maux du cœur, délicat alliage de sentiments, éclate en milles morceaux quand la vérité brise cette douce histoire, naïveté écrite à l'encre de la déraison. La froide réalité balafre nos émotions. Cette fragile céramique, marquée des mimiques du passé, s'effrite sous les coups de boutoir de la vérité. Une face cachée jamais admise. Un visage masqué toujours de mise. Il est tombé le couperet et la colère s'est relevée.

Bafoué car soumis, marqué car aveuglé, trahi car manipulé par un marionnettiste enfin dévoilé. La rancœur gronde. La douleur monte. Le tourbillon de l'incompréhension succède aux vents de la passion. Blessé, heurté, il ne faut point sombrer, ne pas s'abandonner aux abimes de la peine, celle qui précède la haine, si vaine. Tout se paie un jour. Ne pas franchir le pas de trop au bord du gouffre, mais après s'être égaré, regagner le chemin de la raison celui rarement emprunté.
Le mal d'aimer est une blessure, pas une maladie. Il est insomnie, nous prive d'appétit. II coule dans nos veines, sinueux et vénéneux. Un poison lent et douloureux. Il agrandit son lit et accroît le dépit pour occuper l'esprit. Le temps en devient ami ou ennemi. Ce mal nous fait souffrir mais l'illusion allait nous détruire. Désormais il faut s'en nourrir. La raison pour seule alliée, les amis pour uniques conseillers. Eux avaient décelé la vérité, celle que l'on n'a jamais voulu écouter. Il faudra les liens renouer et se pardonner de s'être abandonné au chant des sirènes. Vérité et amitié sont nos bouées, nous naufragés du mal d'aimer.

Et comme le chante Barbara pour cette "garce solitude" :
"Allez, va-t'en porter ailleurs,
ta triste gueule de l'ennui.
Je n'ai pas le goût du malheur.
Va-t'en voir ailleurs si j'y suis...
Je veux encore dire je t'aime
et vouloir mourir d'aimer."
Aimer sans être aimé est la pire des fiancées. Pour toi, nous allons peut-être pleurer, mais d'abord te détester, puis t'ignorer pour la tristesse effacer, et enfin ... t'oublier.

Tag(s) : #Amour, #Déception

Partager cet article

Repost 0